Avez-vous déjà entendu parler du syndrome du choc toxique ?

Mardi dernier j'ai raté une émission très importante concernant le syndrome du choc toxique (ou la maladie des tampons) ; " Tampon, notre ennemi intime ". L'émission était diffusée sur France 5. Déjà que j'avais entendu dire " les tampons c'est pas bien..." ou encore " il y a des nanas qui meurent à cause d'un tampon...", je me suis dit que cette émission pourrait m'éclairer.

  • Enfin on lève le voile sur le composition des tampons qui jusqu’à ce jour n’est pas du tout connue et qu’elle fait également acte de désinformation. Vous verrez dans le documentaire, qu’on parle de l’histoire des tampons, mais également de leur toxicité. Deux jeunes femmes témoignent… c’est assez émouvant et ça fait vraiment réfléchir / peur.

Les 3 questions sur le danger des tampons

LE PRINCIPAL RISQUE

Le syndrome du choc toxique est le principal risque. Il arrive d’un coup et se manifeste par une forte fièvre, une impression d’avoir une gastro ou une forte grippe accompagnée d’un épuisement du corps. On estime qu’aujourd’hui il touche 1% des femmes si celles-ci sont porteuses de la bactérie staphylocoque dorée (Le Monde). Sachant que 30% des femmes portes ces bactéries sans le savoir (car en vrai elles ne sont pas dangereuses du tout, et généralement les anticorps s’en chargent assez facilement), on peut quand même se dire que c’est risqué.

Le syndrome du choc toxique s’explique ainsi :

le tampon, lorsqu’il est en contact avec ce fameux staphylocoque doré, lui permet de se développer très rapidement. En quelques heures, le fluide menstruel est bloqué, et créer un environnement propice au développement d’une infection. La bactérie se sentant au chaud va produire une toxine appelée TSST-1 qui va contaminer le sang.

Le syndrome du choc toxique entraîne la mort si le traitement est trop tardif. Plus souvent, l’infection dénature les membres extérieurs, ce qui entraîne des amputations…

ON NOUS CACHE LA COMPOSITION

C’est seulement l’an dernier qu’une étude lancée par 60 Millions de consommateurs  a pointé du doigt les tampons. On y découvre des substances toxiques et cancérigènes comme des dioxines (polluants organiques d’après OMS), du chlore, des dérivés halogénés et le DEHP (un cancérigène interdit en Europe dans les jouets et les cosmétiques ).

Toutes ces substances provoqueraient chez 30% des femmes :

  • des problèmes du trouble du développement
  • des troubles de la procréation
  • une défaillance du système immunitaire
  • l’apparition l’endométriose…

À force de s’exposer à ces substances, les femmes les accumulent dans leur vagin. Un tampon ne fait rien car ces substances restent de faibles doses, là où ça choque, c’est qu’une femme a en moyenne 2400 jours de règles.

Jennifer Rovero/ Camraface : Mannequin amputée suite au syndrome du choc toxique

LES FABRIQUANTS

Tous les fabricants de tampons sont tous concernées. En Europe, aucune réglementation n’oblige les fabricants à communiquer sur le risque du syndrome du choc toxique alors que les fabricants de dentifrices ou de gels douche ont l’obligation d’annoncer clairement la composition de leurs produits.

Plusieurs associations souhaitent que les protections hygiéniques passent de la catégorie ” produits de consommation classique” à ” dispositifs médicaux”. Le lobby des fabricants de tampons est tellement fort, que c’est eux-mêmes qui ont établi leurs propres règles. Heureusement, aujourd’hui on commence à prendre conscience qu’il s’agit d’un problème de santé public (plus de 600 morts par an).

Après l’étude de 60 millions de consommateurs, une députée a alerté la commission européenne ; mais sans réponse. On espère que l’Agence nationale de sécurité sanitaire française pour être plus attentif à ce problème qui concerne toutes les femmes !

Ce documentaire est vraiment à voir. On a aussi appris l’annonce de la marque Tampa qui dévoilera la composition de ses tampons. Le groupe Procter & Gamble avait “tué” 600 femmes en un an avec leurs tampons Rely…

 

" Tampon, notre ennemi intime "

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*